6 conseils

Valérian au cinéma : les 6 conseils pour déjouer le Grand Rien.

17:45


Valérian et Laureline vont donc débarquer sur le grand écran. Après Astérix, Tintin, Benoit Brisefer et tant d'autres, ce n'était qu'une question de temps avant que le duo de papier n'ait droit à une reconversion cinématographique forcée. Qui s'annonce déjà épique !

Tout est parti d'un tweet d'un nouvel arrivant sur le réseau social des piou piou, Luc Besson :
Authentifié par twitter, le plus américain des réalisateurs français annonce la couleur avant l'ouverture du marché du film de Cannes, décidant de prolonger la voie entamée avec le massacre que fut Adèle Blanc-sec. Il annonce dans la foulée le casting des deux têtes d'affiches, Dane DeHaan pour Valérian et Cara Delevingne pour Laureline, puis publie un teaser poster : 
On en sait peu pour l’instant mais la chose troublante est que nul part il n'est fait mention des scénaristes. Le format adapté sera le deuxième tome de la saga, L'Empire des mille planètes, ce qui laisserait penser que l'on découvrira le duo déjà formé et dans le cœur de l'action, ce qui est toujours agréable en ces temps bien fatiguant peuplés de récits d'origines.

Mais vu le côté périlleux du sujet, voici six conseils honnêtes pour partir sur des bases les moins nanardes possibles. 

1 - Ne pas faire le film en live-action ! 
Mais ça, c'est vraiment mort. Et il faut reconnaître que Le 5ème Élément, dont la direction artistique était assurée en partie par Jean-Claude Mézières, peut avoir de beaux restes si le budget est à la hauteur. Comme d'habitude, je plaiderais pour une version en performance capture ou du cinéma virtuel, quasi un gros mot sous nos latitudes, où on qualifie encore la mocap mongolo-rigolote de Pourquoi j'ai pas mangé mon père de révolutionnaire ! Mais ça ne change rien, car de toutes manières, dans la tête des décideurs, animation = enfants...

2 - Ne pas oublier Laureline !
Et c'est tout le piège d'un tel personnage, dont l'interprétation "Bessonienne" collerait - au moins en apparence - avec celle que l'on connait dans la bande dessinée. Mais Laureline est si importante, souvent plus que Valérian lui-même, et on ne peut qu'espérer qu'elle ne sera pas affligée de flash-backs sur son temps passé comme une sauvageonne avant sa rencontre avec son binôme... 

3 - Avoir une vraie direction artistique !
Voir Sur la piste du Marsupilami. Voir Boule et Bill. Voir...honnêtement : moins de fric pour un casting de têtes "prestigieuses" et plus pour l'équipe du production design, c'est vraiment pas du luxe, hein ? Pareil pour le chef op' d'ailleurs, et j'espère que Besson renouera avec ce qui faisait une des forces du 5ème Élément.  

4 - Eviter un casting fainéant.
On rejoint ici le point 2. Il est tellement facile de retrouver avec des têtes d'affiches qui auront toutes les difficultés du monde à transcender une écriture falote des personnages, mais le meilleur moyen de les plomber définitivement reste encore de les entourer de caméos foireux qui ne feront que souligner leur fadeur. Avec un film qui semble demander de l'ambition à tous les niveaux, autant garder toutes chances de son côté et faire réellement péter le box-office en mettant en avant la forme et le fond, pas des têtes volantes sur une affiche.

5 - Ne pas tomber dans la piège de la comédie facile.
Un écueil que même Le 5ème Élément n'avait su éviter tant ce style de divertissement est propre aux clichés du réalisateur. Bien sûr il y a de l'humour dans Valérian, mais pas vraiment le même genre que ce que l'on peut trouver dans la filmographie de m'sieur Luc. Il n'y a plus qu'à espérer que l'adaptation pioche dans le même genre de comique que celui du support original ou qu'elle fasse l'impasse sur la tentative, sinon, Adèle Blanc-Sec est proche...

6 - Revenir aux fondamentaux.
Et là, c'est une bonne partie de la filmographie du réalisateur qui est à ignorer, et un certain nombre de films, dont les fameux surnuméraires à sa décision d'arrêter après ses neuf premiers films (dont trois films d'animation au bilan artistique et financier plus que discutable), du coup, après le succès de Lucy, Luc c'est un peu le Johnny Hallyday du cinéma français : il continuera à tourner jusqu'à sa mort et la seule chose qu'on ne peut pas lui retirer, c'est son amour du médium.

Mais voilà. je ne suis qu'un simple spectateur de ce qui se trame, mais je fais partie d'un public à qui l'on proposera le produit final, avec pour décision ultime de faire du film un succès ou un échec. Comme l'a si bien dit Manuel Alduy, le monsieur cinéma de Canal + : le cinéma, comme toute culture, "est d’abord une affaire d’offre avant d’être une question de demande."

À lire également

0 commentaires

retrouvez les dinos sur Twitter !


Retrouvez les dinos sur Facebook !